Mission dans la savane africaine

Sartorius offre une solution robuste pour la recherche sur le terrain

Connaissez-vous les caractéristiques fascinantes de la mangouste rayée ? Une part importante des informations concernant ces animaux est régulièrement collectée au sein du parc national Queen Elizabeth en Ouganda grâce à une balance de laboratoire Sartorius.

Qu’est-ce qui rend la mangouste rayée si spéciale ?

Depuis maintenant 10 ans, la population sauvage de mangoustes rayées de la péninsule de Mweya du parc national Queen Elizabeth est étudiée par des biologistes comportementaux. Les mangoustes rayées vivent en groupes allant jusqu’à 70 individus. Il s’agit des plus grands groupes de carnivores connus au monde. Certains comportements inhabituels découverts au cours des dernières années rendent ces petits prédateurs particulièrement intéressants. En règle générale, toutes les femelles adultes d’une colonie deviennent gravides en même temps et mettent fréquemment bas dans une synchronisation parfaite au cours d’une seule nuit. Les petits sont, en grande partie, non pas élevés par leurs parents mais sont pris en charge en commun par d’autres membres de la colonie. Au cours des premières semaines suivant la naissance, différents individus restent dans la tanière pour veiller sur les petits tandis que le groupe part à la recherche de nourriture.

Quelles découvertes ont été permises grâce aux données pondérales fournies par le savoir-faire Sartorius ?

Il y a cinq ans, les mangoustes rayées ont été pour la première fois confrontées à une balance. Après une phase initiale de familiarisation, il a été facile de convaincre ces animaux curieux de monter régulièrement sur la balance le matin et le soir. Cela a permis aux chercheurs de recueillir des données sur les différences individuelles concernant la condition physique et les succès quotidiens dans la recherche de la nourriture.

La robustesse et le temps de réponse court, associés à un tarage rapide et aisé, ne sont que quelques-uns des avantages offerts par la balance Sartorius.

Les animaux surmontent rapidement leur crainte devant cet objet peu familier : la balance devient alors un endroit confortable pour une petite sieste.

A partir de ces données, des conclusions ont été tirées concernant le système social inhabituel des mangoustes rayées. Par exemple, les individus qui veillent sur les petits perdent 2 % de leur masse corporelle en une seule journée et les adultes qui apportent de la nourriture aux petits prennent beaucoup moins de poids que ceux qui ne doivent s’occuper que d’eux-mêmes. Les jeunes animaux ne choisissent pas leurs fournisseurs de nourriture au hasard. Ils préfèrent les individus en bonne condition physique et bons chasseurs, parce qu’ils sont plus à même de supporter la charge supplémentaire consistant à veiller sur le petit et donnent plus de nourriture à leur petits compagnons, qui ont toujours faim.

Le processus régulier de pesage signifie que les portées, les fausses couches et les naissances peuvent être enregistrées avec fiabilité, ce qui est primordial pour l’évaluation des chances de reproduction individuelles. A l’aide de ces informations, les chercheurs ont démontré que les mangoustes rayées pratiquent le contrôle des naissances : si trop de femelles sont gravides en même temps dans un groupe, les plus jeunes de celles-ci sont harcelées par le reste du groupe jusqu’à ce que ce stress permanent provoque une fausse couche ou que les animaux tourmentés quittent le groupe. Puisque les agresseurs perdent également du poids, l’enregistrement précis du poids corporel est nécessaire pour être à même de distinguer les animaux ayant subi une fausse couche de ceux présentant seulement une perte de poids temporaire due à leur activité au sein du groupe.

Quelles qualités rendaient cette balance tellement indispensable dans le cadre de cette mission ?

L’utilisation de la balance Sartorius dans la savane africaine était particulièrement appréciable pour les zoologistes de Zurich et de Cambridge :

« L’utilisation dans le parc national Queen Elizabeth imposait des exigences inhabituelles de mobilité et de robustesse aux balances utilisées. La BL3 y répondait parfaitement : elle peut facilement être transportée dans un sac à dos et est très résistante aux fortes vibrations, à l’humidité et à la poussière, facteurs omniprésents au cours des quatre mois de la saison sèche. Elle a également été soumise de façon répétée aux approches plutôt musclées des mangoustes. Les temps de réponse courts ainsi que la fonction de tarage rapide et aisée étaient indispensables, car sinon il aurait été impossible de peser avec précision ces animaux sauvages ».

En ce moment, environ la moitié de la population étudiée s’est tellement bien habituée à la balance qu’il est possible de recueillir régulièrement des données de poids. Grâce à un effort concerté et à la fiabilité permanente des balances Sartorius, les zoologistes espèrent réunir de précieuses données à long terme au cours de l’année à venir afin de connaître encore mieux le comportement de ces carnivores à la vie sociale exceptionnelle.

Tags : ,