Actualité

Les scientifiques se demandent combien pèse un kilogramme

Combien pèse un kilogramme? La questions a l’air idiote, mais les scientifiques qui cherchent toujours la réponse en débattent aujourd’hui à la vénérable Royal Society de Londres, dans l’espoir de progresser vers une valeur constante pour le kilogramme, indépendante de tout objet physique.

Car depuis 1889, le kilogramme est basé sur un cylindre composé pour 90% de platine et 10% d’iridium, fabriqué à Londres en 1879 et conservé sous une cloche de verre au Bureau international des poids et mesures à Sèvres, près de Paris.

Or, les mesures faites depuis plus de cent ans montrent que le kg a…maigri. Sa masse a changé de l’équivalent d’un grain de sable de 0.4 mm de diamètre.

C’est assez pour que les scientifiques du monde entier planchent sur une définition qui s’affranchirait de l’objet physique.

Les mystères inexplorés de la biologie reproductive

A la découverte de la vie cachée du martinet

Les acrobates volants les plus élégants parmi les oiseaux de nos contrées sont sans aucun doute les martinets (apus apus), des chasseurs d’insectes parfaitement bien adaptés à la vie au grand air. Toutefois, de nombreux aspects de la reproduction et du comportement de ces oiseaux peu habituels dont l’espèce est protégée, n’ont pas encore été explorés. En outre, plusieurs auteurs rendent compte d’une diminution dramatique des nichées de près de 50%. Afin de prévenir une réduction du nombre de ces oiseaux, il est donc indispensable d’avoir une connaissance détaillée de leur reproduction. Toutefois, les martinets passent la plus grande partie de leur vie dans le ciel puisque tous les ans, ils doivent parcourir environ 10 000 kilomètres pour rejoindre l’Afrique où ils hivernent. Grâce à leurs longues ailes en forme de croissant, ils atteignent une vitesse de pointe de 180 km/h. Les martinets étant des oiseaux se reproduisant en environnement urbain, il n’est pas rare d’en rencontrer dans la ville de Goettingen en Allemagne durant les mois d’été, seule et brève période au cours de laquelle il est possible d’étudier leur biologie reproductive de manière scientifique.

Grâce à l’aide financière de différents sponsors, une étude pilote menée par l’Université Humboldt de Berlin permit de combler quelques lacunes concernant nos connaissances de la reproduction du martinet. Cependant, de nombreuses questions restent encore sans réponse.

Cette étude pilote fut réalisée par le Musée d’histoire naturelle, un institut central de l’Université Humboldt. Pendant la période d’incubation et de becquée des petits en 2003, on essaya pour la première fois d’enregistrer en continu l’activité quotidienne et alimentaire d’un couple de martinets à l’aide d’appareils de mesure électroniques. A cet effet, une balance de précision électronique de Sartorius AG, le modèle LP2200 avec une précision de lecture de 10 mg, fut installée dans un nichoir afin de constamment enregistrer la masse corporelle des oiseaux adultes ainsi que la quantité de nourriture ingérée. Parallèlement, l’entrée du nichoir était contrôlée par une antenne transpondeur qui identifiait chaque oiseau adulte. Toutes les deux secondes, un programme de mesure spécial enregistrait de manière synchrone toutes les données obtenues par la balance et par le transpondeur. La température du nichoir était mesurée quotidiennement avec un thermomètre électronique. De plus, on utilisa une caméra à infrarouge afin de surveiller l’activité à l’intérieur du nid, de la transmettre directement sur Internet et de l’enregistrer. Une sélection des photos prises en 2003 se trouve sur le site http://museumwww01:55081/user/homepage/test/ppt_home.asp?name=ruediger.becker.

(Lire la suite…)

Étoile des neiges…

Etude des hydrates de gaz dans des conditions glaciales avec les balances haut de gamme LA

Les flocons de neige…

… sont des cristaux de glace qui se forment à partir de la vapeur d’eau des nuages et qui subissent un grand nombre de transformations lors de leur chemin vers la surface de la terre.

Les hydrates de gaz…

… sont des substances solides qui ressemblent à de la glace. Ces gaz se trouvent en général sous les glaces éternelles de l’Arctique, dans les permafrosts de Russie, du Canada, de l’Alaska et dans le fond des océans étant donné qu’il leur faut des températures très basses ou des pressions élevées afin d’être  stables. Les hydrates de gaz sont constitués principalement de méthane (CH4), mais contiennent aussi de l’azote, du dioxyde de carbone et quelques autres gaz à haute densité. Actuellement, des scientifiques étudient les dépôts des hydrates de gaz présents un peu partout sur le globe terrestre car à l’avenir, ils pourraient remplacer le pétrole comme source d’énergie fossile. Le méthane étant toutefois un puissant gaz à effet de serre, aucune méthode d’extraction ne comportant pas de risques considérables pour les océans, l’atmosphère et les hommes n’a encore été trouvée.

Mesurés en fonction de la proportion de carbone qu’ils contiennent, les hydrates de gaz du monde entier représentent le double de tous les autres combustibles fossiles mis ensemble. Toutefois, lors de la combustion, le méthane dégage moins de dioxyde de carbone que le pétrole ou le charbon pour la même production d’énergie.

De nos jours, de plus en plus de chercheurs un peu partout dans le monde s’intéressent aux hydrates de gaz. Quelques pays comme le Japon ont même décidé d’exploiter à l’avenir cette source d’énergie de manière commerciale. En Allemagne également, la recherche sur les hydrates de gaz est devenue une priorité. L’attention des scientifiques allemands se porte toutefois moins sur le potentiel énergétique des hydrates de gaz que sur leur rôle dans le cycle du carbone, leur possible effet sur le climat et les risques découlant de leur extraction et de leur utilisation comme combustible.

Dans le cadre d’une collaboration internationale sans précédent, des stations de mesure en vue d’expériences à long terme ont récemment été installées sur la crête d’une montagne située au large des côtes de l’Etat de l’Orégon (USA) et entièrement composée d’hydrates de gaz. De nouvelles technologies concernant les échantillons et la récente mise au point de chambres de compression et de chambres d’essais permettent désormais d’étudier les hydrates de gaz dans des conditions réelles de pression et de température telles qu’on peut les trouver sur les fonds marins et de les utiliser pour d’autres expériences en laboratoire.

(Lire la suite…)

Dubai Duty Free – une zone franche très particulière avec des balances Sartorius

Les balances pour métaux précieux Sartorius GM3101 dans une des plus prestigieuses boutiques franches du monde

Le Dubai Duty Free Shop se trouve au centre du principal aéroport des Emirats Arabes Unis, au Terminal 1 de Dubai. Fin 2003, le terminal célébra le 20ème anniversaire de sa création. Avec 1000 employés, il est considéré comme l’un des meilleurs centres détaxés du monde. Actuellement au cinquième rang mondial par sa taille, le Dubai Duty Free est considéré par de nombreux observateurs comme capable d’occuper la 2ème place mondiale, voire même la 1ère dans les dix prochaines années. En 2003, les ventes dépassèrent 350 millions de dollars ; dans la première moitié de 2004, elles atteignirent même le chiffre de 236 millions de dollars. La zone détaxée de Dubai est également mentionnée dans de nombreux médias internationaux. Son nom apparaît dans des journaux et magazines renommés tels que le Wall Street Journal et le Time, mais aussi dans des reportages télévisés sur CNN ou la BBC. Dubai Duty Free doit son excellente réputationà de nombreuses distinctions internationales qui lui furent décernées pour la qualité de ses prestations. La zone détaxée s’est agrandie avec le nombre croissant de passagers du terminal. Tandis qu’en 1986, l’aéroport de Dubai comptait environ 3,7 millions de passagers, en 2000 le chiffre s’élevait déjà à 12,3 millions. En 2010, on s’attend même à atteindre plus de 70 millions de passagers.

Le Dubai Duty Free propose 35 000 lignes de produits qui vont des parfums et produits cosmétiques aux ordinateurs portables, caméras et articles de sport en passant par les voitures de luxe, les lingots d’or et les bijoux. Ces derniers articles font partie de ceux qui sont les plus vendus. Au cours des six premiers mois de l’année 2004, le chiffre d’affaires des articles en or a même augmenté de 47%. Tous les passagers partant de Dubai ou en transit peuvent effectuer des achats dans les boutiques franches et profiter de l’occasion pour acheter des bijoux en or à des prix relativement abordables. Rien d’étonnant donc à ce que Dubai soit également appelé la « ville
de l’or ».

Muhammad Ahmad, propriétaire et directeur général de la société Ahmad Systems (L.L.C) et également représentant exclusif pour les balances pour métaux précieux Sartorius dans les Emirats Arabes Unis, commercialise avec succès les appareils Sartorius depuis 1990. Le siège de sa société se trouve au Pakistan mais depuis 1998, il possède également une succursale à Dubai même, en plein milieu du souk de l’or, le centre des villes orientales où les négociants en or rivalisent entre eux pour faire des affaires. La situation géographique et politique favorable de Dubai a entre-temps contribué à ce que ce site devienne le centre de l’entreprise Ahmad Systems. Avec ses 15 employés, la société a pu réaliser l’année dernière son meilleur résultat avec un chiffre d’affaires d’environ 1 million d’euros obtenu uniquement avec des produits Sartorius. Cette tendance est d’ailleurs fortement à la hausse.

Sport automobile sur l’EuroSpeedway de Lausitz en Allemagne

Contrôle des freins avec les appareils de pesage Sartorius

Dans un duel captivant pour le titre dans le Championnat allemand de Supertourisme DTM (Deutschen Tourenwagen Masters) le 18 septembre 2005, le pilote Audi Mattias Ekström a gagné de justesse devant son concurrent de chez Mercedes, Gary Paffett … … et Sartorius l’a également emporté sur ses concurrents avec succès : depuis le DTM sur le Lausitzring, une balance Sartorius TE sert à mesurer le poids des freins carbone d’une voiture de tourisme Audi.

Les composants des voitures de tourisme sont sans cesse contrôlés, remaniés et surveillés jusque dans le moindre détail. Chaque modification peut avoir des conséquences considérables. Dans ce domaine, les freins et les disques de frein constituent un point essentiel car ils doivent être montés de manière optimale et répondre à des exigences bien précises.

Pendant toute la course, les freins ne doivent par exemple pas descendre sous un poids minimal déterminé. De plus, il faut peser les disques de frein afin de contrôler l’usure et les fissures. En effectuant régulièrement des pesées, l’équipe de l’écurie peut optimiser le montage des disques de frein afin d’assurer un cycle de vie le plus long possible sur un circuit automobile précis.

(Lire la suite…)

Mission dans la savane africaine

Sartorius offre une solution robuste pour la recherche sur le terrain

Connaissez-vous les caractéristiques fascinantes de la mangouste rayée ? Une part importante des informations concernant ces animaux est régulièrement collectée au sein du parc national Queen Elizabeth en Ouganda grâce à une balance de laboratoire Sartorius.

Qu’est-ce qui rend la mangouste rayée si spéciale ?

Depuis maintenant 10 ans, la population sauvage de mangoustes rayées de la péninsule de Mweya du parc national Queen Elizabeth est étudiée par des biologistes comportementaux. Les mangoustes rayées vivent en groupes allant jusqu’à 70 individus. Il s’agit des plus grands groupes de carnivores connus au monde. Certains comportements inhabituels découverts au cours des dernières années rendent ces petits prédateurs particulièrement intéressants. En règle générale, toutes les femelles adultes d’une colonie deviennent gravides en même temps et mettent fréquemment bas dans une synchronisation parfaite au cours d’une seule nuit. Les petits sont, en grande partie, non pas élevés par leurs parents mais sont pris en charge en commun par d’autres membres de la colonie. Au cours des premières semaines suivant la naissance, différents individus restent dans la tanière pour veiller sur les petits tandis que le groupe part à la recherche de nourriture.

(Lire la suite…)

Contrôle de la qualité agroalimentaire

Pour assurer la sécurité agroalimentaire et protéger les droits des consommateurs définis dans la législation, la Direction de la protection des consommateurs rattachée au Ministère chinois de l’Industrie et du Commerce (AIC) s’est équipée d’appareils de contrôle dans plusieurs provinces du pays. Elle a notamment fait l’acquisition d’appareils de mesure qui permettent de déterminer la teneur en humidité de la viande. En 2003, l’AIC a choisi la marque Sartorius pour ces appareils. Aujourd’hui, plus de 140 analyseurs d’humidité sont répartis dans plus de 16 provinces à travers toute la Chine.

Le MA45C avec élément chauffant céramique pour permettre un réchauffement rapide et uniforme de l’échantillon. Le modèle MA45C a été récemment amélioré et est dès à présent disponible sous le nom de MA150C.

Quelle sont les tâches de la Direction de la protection des consommateurs de l’AIC ?

L’AIC est une instance gouvernementale chargée de la surveillance des marchés et de ses réglementations et de l’application administrative des réglementations en vigueur. La Direction de la protection des consommateurs veille à l’application des directives relatives à la protection des consommateurs. Elle mène des enquêtes pour découvrir les violations graves des droits et intérêts des consommateurs et entame des poursuites judiciaires contre les responsables. En outre, elle contrôle la qualité des marchandises mises en vente, lutte contre la vente de contrefaçons et/ou de marchandises de qualité inférieure et autres irrégularités commerciales au moyen de contrôles et de sanctions.

(Lire la suite…)